Anciens textes Bernard Monnier

26 octobre 2008

LES SUPERMARCHÉS DE LA BONNE CONSCIENCE

Filed under: Curés,Finance,MANIPULATION,Société — by echofrance36 @ 9 h 28 mi

 

.

Les Associations à but non lucratif  (lucratives sans but) 

 


Qu’elle soit matérielle ou cérébrale, 
la misère est le fondement de la société de l’argent ! 
(Le malade,  l’industrie première.) 

GENS QUI RIENT.  GENS QUI PLEURENT. 

 

 

 

 

 

LES SUPERMARCHÉS 

DE LA BONNE CONSCIENCE 

 

 

Cela commence par la bonne conscience que l’on achète chaque matin en jetant une pièce de 1 euro à un « pauvre type » qui fait le maximum pour que sa malheureuse image valorise celle du donneur.
(L’image de la déchéance des uns,  met en valeur l’image de la réussite des autres).

 

Cela passe par la bonne conscience que certains évaluent à un chèque de 5 000 euros (ou plus) qu’ils rédigent au profit de la lutte contre le SIDA. 

 

Cela aboutit à la bonne conscience que l’on mesure au montant de sa fortune.
Fortune que,  par obligation,  on se doit de léguer à une œuvre à façade religieuse, humanitaire, ou scientifique. 

 

 

 

 

Le faux débat de la destination des dons 

 

Dans un marché de dupes, l’argent est forcément bien utilisé. 

 

 

Les dons contre le Cancer
Après avoir traversé un tissu de marketing qui génère la psychose, il est normal que les fonds recueillis servent des intérêts contraires à la découverte médicale.

 

Les dons pour la recherche pénalisent les chances de découverte.
Seule la « carotte » incite à la découverte !
En revanche, lorsque les revenus d’un « chercheur » sont assurés,  celui-ci a trouvé ce qu’il cherche (sa feuille de paye).
D’autant que la nomination d’un « chercheur » passe par la considération du but à ne pas atteindre.

 

 

 

 

Ne pas se tromper !   Il faut des malades ! 

 

 

Ciblant le gigantisme des fonds sociaux, le Pouvoir tire profit de la « démographie de toutes les misères » et notamment, de la mal-santé publique. (Et non pas, de l’aisance et de la bonne santé des personnes.)

 

SIDA, et bonne conscience
Le SIDA est le dernier outil manipulateur de cette autre croyance idéologique qui se cache sous le mot « Science ». (Autrefois les miracles étaient l’œuvre des Saints, aujourd’hui ils sont l’apanage des scientifiques.)

Mais, les miracles d’aujourd’hui s’accompagnent toujours du même cortège d’illusions, de supercheries, de mensonges, d’offrandes, de sacrifices, de répressions qu’autrefois.

Par le mot : « SIDA »,  on « psychose la foule » à volonté dans un objectif choisi. 
Aujourd’hui à des fins d’un comportement sexuel servant une logique de croissance imbécile (1). Demain, pour tout autre moralisme de profit !

 

Le Sida sur ordonnance
Sous le masque du pseudo « virus du SIDA » se cache une toxine médicamenteuse (AZT), toxine qui possède autant d’effet thérapeutique que de la Mort-aux-rats à petites doses. Toxine avec laquelle, on cible les victimes. (Cela, en racontant à des gens bien portants qu’ils sont mourants) (2).

 

 

1) La confusion entre préservatif et contraception est lourde de conséquences :
– Très bonne pour ceux qui ont le pouvoir ;
– Très mauvaise pour les autres !

 

2) Le teste dit : « HIV », n’est pas spécifique. Au détail près qu’il ne cible que des croyants.  
Le teste HIV n’est pas fiable et ne démontre rien !

 

Le marché éternel de la bonne conscience est fabuleux, illimité, à l’image de la connerie humaine. 

 

 

 

Documents rarissimes sur le Sida.  Le doute ! 

http://www.dailymotion.com/video/x8f7sg_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news 

http://www.dailymotion.com/video/x8f7tr_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news 

http://www.dailymotion.com/video/x8f7vb_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news 

 

 

 


Le virus machin 

Un virus est un mot de cinq lettres qui permet de tout faire comprendre à des gens qui n’ont pas besoin de savoir. 


L’objectif est d’inciter les femmes à abandonner l’usage de la contraception au profit du préservatif. 
Pour la France,  l’abandon de la contraception,  c’est 100 000 procréations non désirées chaque année  (certainement beaucoup plus). 

Si un bon nombre de ces procréations se terminent par un avortement,  en revanche,  un grand nombre aboutit aussi à produire des bons et généreux cas sociaux.  Ces généreux cas sociaux qui régalent la Finance fasciste. 

La Finance fasciste  (La finance des Curés)  vit de la misère qu’elle produit.  (La misère et les malades sont des éléments incontournables pour accéder à l’argent public et social,  mais aussi aux dons et donations privés.) 

Pour installer le virus machin imaginaire dans les têtes,  l’industrie du médicament  (asservie aux curés)  n’a pas hésité à empoisonner,  à travers le monde,  des millions de personnes avec de faux médicaments. 
Cela ne s’est ni passé il y a cinquante ans,  ni il y a cent ans,  ni même il y a dix siècles. 
Cela se passe aujourd’hui,  à la vue de chacun,  dans l’approbation générale. 
Ceci dit,  quand on croit aux dieux imaginaires,  on croit pareil au virus imaginaires. 

Sida,  le dossier 

 

La Finance fasciste ne se trompe pas de cible. 

 

 

 

 


Contrairement au discours des journalistes et,  à ce que racontent les crétins d’enseignants,  la France n’est pas une République laïque !  Quant à l’Europe ? 

 

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.