Anciens textes Bernard Monnier

21 avril 2009

ANCIENS TEXTES

 


ANCIENS TEXTES

Bernard MONNIER

 

La MANIPULATION :
Avec l’imaginaire, on fait ce que l’on veut.

 


HYPOCRISIE du SYSTÈME, L’emploi, et le chômage face à la productivité.

UNESCO, Le tissage des mots pour la confection du prêt-à-croire.

La mécanique du système

La misère les fait vivre !

Les Pauvres PAUVRES n’ont pas de chance !

Les supermarchés de la bonne conscience

Le remplissage des hôpitaux, La morale est sauve

La cuisine diabolique des croyances (Le Sida)

L’IMPOSTURE DU SIDA

Sida, Garretta, virus fantôme et manipulation.

SIDA, le dossier

L’euro « justice »

Depuis 5 000 ans ! Quoi de neuf ?

La loi 1905

La liste des textes

.

29 octobre 2008

UNESCO

Filed under: MANIPULATION,Pouvoir,Religion,Société — by echofrance36 @ 12 h 53 mi

 

 

 

 

copie-de-unesco-12

 

 

 

Un luxueux décor de « carton-pâte » et derrière, … rien ! 

 

 

 

UNESCO 

 

 

 

unesco-27

 

 

 

Le tissage des mots pour la confection du prêt à croire. 

 

 

Concept de « CULTURE de la PAIX »  à l’UNESCO 
Des mots qui sonnent comme les cloches d’une cathédrale. 
Des mots,  beaucoup de mots,  que des mots,  rien que des mots.  « La culture de la paix », … c’est beaucoup de travail. 

 

Des raisons et des raisons pour produire des mots.  
Une conférence par-ci,  un discours par-là,  une stèle à inaugurer,  une statue,  un monument,  etc. 

Un anniversaire,  le 10ème,  le 50ème,  le 100ème,  et toujours une victoire de « la PAIX » … (Après une guerre,  c’est facile). 

 

Le mot « PAIX » sponsorisé par les marchands d’armes  (avec de gros moyens). 

 

 

– Juste morale ?  … Ou savant calcul ? – 

 

 

Le concept de « Culture de la Paix » à l’UNESCO,  c’est oublier que : 
L’on ne donne au mot « Culture » que la notion que l’on veut lui prendre. 

C’est oublier que : 
Le mot « Paix » est le maître argument des marchands d’armes. 

C’est oublier que l’UNESCO dépend de l’ONU,  … et que l’ONU n’est rien d’autre qu’une puissante organisation associative au service des gens les plus puissants de la planète. 

C’est encore oublier que ces gens,  les plus puissants mais aussi les plus riches,  entretiennent et multiplient les conflits  (et les misères)  partout dans le monde et à chaque fois qu’ils ont à y gagner. 

 

 

HYPOCRISIE DU SYSTÈME 

 

– Les mots face aux actes – 

 

 

Il est vrai que l’on réduit les risques de guerres en supprimant la misère. 
Mais inversement,  on augmente les risques de drames en obligeant les individus à vivre sans leur en donner les moyens.  (En multipliant la misère.) 

 

 

Les actes 

 

 

De façon délibérée …….. la provocation. 
C’est sans doute là,  la raison pour laquelle,  de façon délibérée,  partout dans le monde,  y compris en Europe et en France,  tout est fait au niveau des institutions,  (Institutions au service des grands financiers faiseurs de guerres)

De façon délibérée,  tout est fait au niveau de ces institutions,  qu’elles soient administratives,  juridiques,  sociales ou de l’information …

De façon délibérée,  tout est fait pour rechercher et provoquer les drames en affamant et en provoquant les individus,  les foules et les populations. 

Provocations qui,  si elles aboutissent,  justifient une répression au nom de la recherche de la « Paix » et de la sécurité.  (La « culture de la Paix »  au service de « la légitimité de la violence ».) 

 

Le concept de « Culture de la paix »  à l’UNESCO.
On devine les intérêts et les moyens de cette « Organisation à tisser les mots ». 

Les mots au service des puissants financiers faiseurs de guerres.  Lesquels financiers par ailleurs ruinent chaque jour un peu plus la planète et ses habitants. 

 

 

 

UNESCO 

– « Paix,  « Culture »,  « Lutte contre l’illettrisme » –

 

Lutte contre l’illettrisme,  oui ! 

Mais,  dans quel but ? 

Et,  au profit de qui ? 

 

 

L’écriture et l’élocution académique ne sont que des outils,  seulement des outils et rien d’autre que des outils.  À aucun moment il n’est possible d’assimiler ces outils à la connaissance. 

La connaissance,  c’est tout autre chose. 

 

 

L’écriture et l’élocution académique, 

Pour transmettre la connaissance ? 

Ou,  pour colporter l’ignorance ?  

 

En effet,  on peut imaginer que l’écriture et l’élocution académique peuvent servir à transmettre la connaissance.  Dans l’actuelle société (1999), … Il n’en est rien. 

 

Encombrement des esprits et culture du temps perdu. 
Par saturation de discours abstraits ou secondaires,  d’affirmation de franches dérives,  voire aussi de purs mensonges,  l’écriture et l’élocution  (outils de » l’information » et de « l’enseignement »),  « ennaïvent » les foules et colporte l’ignorance.  (1ère source de conflits et de guerre). 

 

 

Observation :  À l’origine,  l’école de Jules FERRY n’était rien d’autre qu’une forme de préparation militaire.  (Les jeunes devaient savoir lire les instructions lorsqu’ils arrivaient à l’armée.) 
À l’époque,  dans les écoles,  on apprenait aussi à tirer au fusil. 

Aujourd’hui,  qu’est-ce qui a changé ?

 

 

 

– UNESCO … fiche nous la PAIX ! –

 

Si ce jour là,  tu n’y étais pas,  tu n’as rien perdu.  Mais,  fais suivre le message ! 

 

 

 

 

25 octobre 2008

LE REMPLISSAGE DES HÔPITAUX. La morale est sauve !

Filed under: Curés,Finance,Injustice,LA POLITIQUE,MANIPULATION,Pouvoir,Religion,Science,Société — by echofrance36 @ 9 h 04 mi

.

Messieurs les bénéficiaires de la loi 1905,

Cessez un peu de nous parler du régime Nazi et balayez devant votre porte !


Qu’elle soit cérébrale ou matérielle,
la misère est le fondement de la société de l’argent !

(Le malade, l’industrie première.)

TOUT LE MONDE IL EST BEAU !

TOUT LE MONDE IL EST MALADE.
Une population malade est une population soumise.

 

 

LE REMPLISSAGE DES HÔPITAUX

La morale est sauve !

Fonds sociaux  » » » Démographie des malades »»» Gros chiffre d’affaires

 

C’est le nombre des malades qui produit le chiffre d’affaires de l’industrie du médicament.

 

HYPOCRISIE du SYSTÈME
Un individu n’a-t-il de valeur que s’il est pauvre et malade ?
(Plus il y a de malades, plus l’industrie du médicament fait de profit.)

 

Pourquoi faut-il fabriquer des malades ?
La logique serait de penser qu’il y a toujours
« bien assez de malades comme cela ! »
De dire qu’il n’y a pas lieu de se préoccuper d’un pareil problème.

De plus, il est intéressant de savoir que le financement des Hôpitaux Publics est assuré par une Dotation Globale. (Somme forfaitaire qui est versée par la Sécurité Sociale.)

À l’origine, ce moyen de financement des hôpitaux avait été décidé pour décourager le remplissage abusif. Finalement, ce sera tout le contraire.

La Dotation Globale (somme forfaitaire), dont le montant est fixé par les Préfets (Les Arrêtés préfectoraux), ne prend jamais en compte le taux de remplissage des lits, ni la condition d’assuré (ou pas) des malades (1).

L’argent entre donc dans les Hôpitaux Publics et, en absolu, un hôpital pourrait matériellement fonctionner sans aucun malade. (Il existe d’ailleurs un exemple connu où pendant des années un service entier en psychiatrie a fonctionné sans aucun malade.)

Oui ! Mais voilà ! L’argent entre dans les hôpitaux, c’est vrai ! Mais, sans malade, l’argent n’en ressort pas !

Pour que l’argent ressorte des Hôpitaux Publics, il faut des malades.
(Les malades sont la composante incontournable entre l’énormité des budgets sociaux et l’immensité du profit médico-pharmaceutique. Des centaines de milliers de lits sont à remplir.)

Rien n’est plus simple
Lorsque l’on dispose du pouvoir, on contrôle l’industrie du médicament. On a main mise sur
le capital de la Dette publique. On dispose donc des médias, des syndicats, des politiques, des associatifs.
Rien n’est plus simple que de remplir les hôpitaux !

Il suffit de transformer les bien portants en malades.
Les habitudes sont prises. Les représentants du corps médical utilisent couramment l’expression imagée « pute et maquereau » pour qualifier le rapport « médecin-pharmacien ».


***************************************


1) La morale est sauve, les personnes hospitalisées qui ne disposent pas de la couverture Sécurité Sociale sont prises en charge par l’Aide Sociale. (Aujourd’hui, la CMU pour certains, voire l’AME pour les autres.)
L’ombre au tableau, c’est que les hôpitaux additionnent volontiers l’Aide Sociale à la Dotation Globale obtenant ainsi des prix de journées pharaoniques face à la réalité des charges.
(Merci, les plus démunis.)


***************************************

 

Transformer les bien-portants en malades

 

L’heure d’été
Le principe de l’heure d’été n’est pas anodin. Chaque jour, on impose à des millions d’actifs de se lever une heure plus tôt. Alors que l’on sait très bien que, le soir, ces personnes continueront à se coucher aussi tard.

Une heure d’activité et de stress en plus pour une heure de sommeil en moins (la meilleur heure) voila une bonne et heureuse affaire qui, à la longue, ne peut que produire des bons et « généreux » malades.

Les malades sont source de PIB. Le PIB, c’est de la croissance. La croissance, c’est le pays qui s’enrichit. Le pays qui s’enrichit, c’est de l’argent pour ceux qui en ont besoin. Va sans dire, de l’argent pour les riches. Pour être pauvre, on n’a pas besoin d’argent.

Les maladies dites : « iatrogènes ».
En fait, ces maladies n’en sont pas. Ces maladies sont dues à des complications médicamenteuses. Un lit sur cinq d’hôpital serait occupé par cette catégorie de « malades ».

Les vaccinations
Le vaccin contre l’hépatite B
(encore une heureuse affaire !) Les toxines contenues dans le vaccin sont plus dangereuses que la maladie elle-même.

L’heureuse affaire :
Si la maladie est guérissable, les conséquences du vaccin sont incurables.
Naturellement, les milliers d’infirmes à vie pour cause de vaccination imbécile sont des personnes qui avaient peu, ou aucune, chance de contracter la maladie.

 

Une ligne de discours.
Légaliser l’usage de la drogue et supprimer les prisons.

 

Légaliser l’usage de la drogue
(Discours porté par le Ministre de la Malsanté publique, lui même.)
Il n’est pas nécessaire d’expliquer que cette démarche aboutit à remplir les hôpitaux.

Supprimer les prisons
À première vue, la chose peut sembler excessive. Mais, la facilité est de considérer les grands criminels pour des malades.
Les professionnels de l’intoxication cérébrale, professionnels qui opèrent dans le milieu associatif et politique, utilisent les médias pour agiter l’idée qu’il faut déplacer les grands criminels de la prison vers les établissements spécialisés.
(Par établissements spécialisés, il faut entendre hôpitaux psychiatriques.)

La nuance :
– On entre dans un établissement spécialisé ;
– On sort d’un hôpital psychiatrique.

Ce que le discours ne dit pas :
– Les conditions de détention en univers psychiatrique sont pires qu’en prison ;
– De plus, pour un grand criminel, le prix de journée en psychiatrie avoisine les 1200 euros par jour
(Aide Sociale additionnée à la Dotation Globale) alors qu’en prison le coût journalier n’est estimé qu’à seulement 90 euros. (Une bonne affaire !)

À ce sujet, on doit aussi observer que la morale de l’abolition de la « peine de mort » repose sur une valeur humaine qui se traduit en chiffres monétaires.

 

La version moderne (et à grande échelle) du :
« Malade imaginaire »
(Le complot des blouses blanches et des soutanes)

 

AZT, un poison absolu pour lutter contre un virus fantôme.
Aussi appelé par les spécialistes :
« AZT, le Sida sur ordonnance ».

Il n’est pas utile d’expliquer la chose à des gens qui gagnent à ne pas savoir.
Néanmoins, il faut rappeler que l’AZT est reconnu pour être un poison absolu.

À ce titre, cette toxine que certains disent avoir été fabriquée, à l’origine, pour tuer les doryphores, a été interdite de commercialisation à usage médicamenteuse dès le début de sa fabrication.
Le Cartel de la pharmacie a contourné cette interdiction en faisant distribuer cette coûteuse toxine par le canal des hôpitaux (2).

Ce que le discours officiel ne dit pas, c’est que toutes les personnes à qui les hôpitaux publics ont prescrit cette toxine médicamenteuse sont mortes de l’AZT (et non pas du « sida »).

 

La morale est sauve !

 

Le dogme du virus sert les intérêts médico-religieux.
Le SIDA ne cible que des croyants.
(Des cerveaux morts)
Quand on croit à des dieux imaginaires, on croit pareillement à des virus imaginaires. Les uns comme les autres, sont tout aussi dangereux.

Le test de dépistage du SIDA n’est pas spécifique. (Au détail près qu’il ne cible que des croyants.)
Ce test réagit à de multiples toxines. Voire même, à des produits anodins.

Ce test n’est pas un test.
Le test du sida n’est qu’un artifice qui aboutit à faire croire à des gens en bonne santé qu’ils sont mourants et qu’ils doivent se soigner. Sachant que les symptômes de la « maladie » n’apparaîtront qu’après le début des soins
(si début de soin, il y a).

Le SIDA (outil du Pouvoir religieux) exploite la croyance.
Le Sida a permis de reprendre en main les habitudes sexuelles de la foule. Cela au profit de qui l’on devine.
Le virus, quant à lui, ne se transmet que par
la « bave » des professionnels faisant profit du mensonge, journalistes, enseignants, associatifs et curés. (3)

 

Merci, le virus imaginaire. Une bonne affaire (En moyenne, 1000 euros par jour et par « malade ».)

 

***************************************

 

2) L’AZT est commercialisé sous le nom de Zédovudine.
C’est un gentil nom,
« Zédovudine ». Pour un peu, on en donnerait à des enfants. Il ne faut pas se laisser abuser.
Ce gentil médicament possède autant d’effet thérapeutique que de la Mort-aux-rats.

3) L’intoxication cérébrale : L’ignorance pour le mensonge.
Il faut se méfier des entreprises asservies au cartel de l’industrie du médicament. Ces entreprises, fortement financées par l’argent public et social, colportent l’ignorance, le mensonge et l’esprit de démission.

Une industrie sans précédent
Avec l’argent public, ces
« entreprises » s’activent sous le masque « associations » de lutte contre le Sida. (Un profit gigantesque !)


SIDA,
Depuis trente ans, les « chercheurs » nous insultent et ridiculisent la science.

 

Trois documents rarissimes sur le Sida. Le doute !


Le VIH n’est qu’une image qui n’a rien à voir avec le Sida.
http://www.dailymotion.com/video/x8f7sg_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news

Business is business, Tu empoches le fric et tu fermes ta gueule !
http://www.dailymotion.com/video/x8f7tr_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news

Un test à la tête du client
http://www.dailymotion.com/video/x8f7vb_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news

 


Le virus machin

Un virus est un mot de cinq lettres qui permet de tout faire comprendre à des gens qui n’ont pas besoin de savoir.


L’objectif est d’inciter les femmes à abandonner l’usage de la contraception au profit du préservatif.
Pour la France, l’abandon de la contraception, c’est 100 000 procréations non désirées chaque année
(certainement beaucoup plus).

Si un bon nombre de ces procréations se terminent par un avortement, en revanche, un grand nombre aboutit aussi à produire des bons et généreux cas sociaux. Ces généreux cas sociaux qui régalent la Finance fasciste.

La Finance fasciste (La finance des Curés) vit de la misère qu’elle produit. (La misère et les malades sont des éléments incontournables pour accéder à l’argent public et social, mais aussi aux dons et donations privés.)

Pour installer le virus machin imaginaire dans les têtes, l’industrie du médicament (asservie aux curés) n’a pas hésité à empoisonner, à travers le monde, des millions de personnes avec de faux médicaments.
Cela ne s’est ni passé il y a cinquante ans, ni il y a cent ans, ni même il y a dix siècles.
Cela se passe aujourd’hui, à la vue de chacun, dans l’approbation générale.
Ceci dit, quand on croit aux dieux imaginaires, on croit pareil au virus imaginaires.
Sida, le dossier  

La Finance fasciste ne se trompe pas de cible.  

 

Pour conclure


À raison de quelques 60 milliards d’euros annuel, argent d’origine sociale qui a transité via les hôpitaux publics et l’industrie du médicament, certains ont bâti un Capital, le Capital de la Dette publique. Soit pour la France, cinq fois le budget net de l’état.
Merci les plus pauvres et les malades !


Fonds sociaux  » » » Démographie des malades »»» Gros chiffre d’affaires

 

 

C’est le nombre des malades qui produit le chiffre d’affaires de l’industrie du médicament.
C’est l’industrie du médicament qui alimente le capital de la Dette publique.

 

L’ignorance pour le mensonge
Le capital de la Dette publique, aux mains des curés, anime l’intoxication cérébrale. Il finance l’ensemble des industriels du mensonge
(Médias, associatifs, syndicats, politiques) imposés par l’au-delà.

Dans la foulée, on constate que pour certains, l’abolition de la peine de mort a généré un profit qui n’est pas anodin. La valeur humaine ne se situait pas là où l’on nous a fait croire.

Les « moralisateurs », qui par ailleurs dans le cadre d’un profit spéculatif, sont capables d’exterminer des millions de personnes en racontant des histoires de virus imaginaires, s’en mettent plein les poches.

Ces virus imaginaires qui nous manipulent.

Le virus machin (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.)

 


Contrairement au discours des journalistes et, à ce que racontent les crétins d’enseignants, la France n’est pas une République laïque ! Quant à l’Europe ?

 

 

 

24 octobre 2008

Le SIDA

Filed under: Finance,LA POLITIQUE,MANIPULATION,Pouvoir,Religion — by echofrance36 @ 9 h 22 mi

 

 

 

.  

Messieurs les bénéficiaires de la loi 1905, 

Cessez un peu de nous parler du régime Nazi et balayez devant votre porte ! 


Qu’elle soit matérielle ou cérébrale,
la misère est le fondement de la société de l’argent !
(Le malade, l’industrie première.)

TOUT LE MONDE IL EST BEAU !

TOUT LE MONDE IL EST MALADE.
Une population malade est une population soumise.  

 

 

 

 

 

 

 

Le SIDA 

 

Une supercherie meurtrière pour un profit

 

gigantesque 

 

 

 

 

Fonds sociaux   » » »   Démographie des malades   »»»   Gros chiffre d’affaires 

 

 

 

 

 

 

Le SIDA n’est pas une maladie spécifique. 

Le Sida est une configuration médicale résultante de la destruction des défenses immunitaires et qui entraîne la mort par contraction de maladies diverses. 

 

 

À l’observation des statistiques,  on découvre que : 
Le SIDA ne se catégorise ni dans les maladies contagieuses,  encore moins dans les maladies sexuellement transmissibles. 

 

Ce n’est pas une maladie. 
C’est une configuration médicale créée par
un élément chimique.  (Un empoisonnement) 

 

 

L’ÉLÉMENT CHIMIQUE 

 

 

Depuis toujours,  certains produits médicamenteux sont connus pour provoquer la mort par destruction de l’immunologie. 

 

 

Les groupes humains ciblés par le virus imaginaire 

 

 

Les drogués  (À trop bien voir l’imaginaire,  on ne distingue plus le palpable.) 
Ce n’est pas le virus imaginaire à la pointe de la seringue qui tue,  mais le produit qui est à l’intérieur. 

 

Les homosexuels mâles 
Le lubrifiant utilisé lors des rapports sexuels transite directement dans le sang suivant le principe du suppositoire. 

 

Les femmes qui s’adonnent aux dérives sexuelles du groupe précédent  (Sodomisation) 

 

Les personnes sans hygiène médicamenteuse 
Exemple :  Usage irraisonné de composition :  somnifères,  excitants,  tranquillisants.  (Drogues légales)  Etc.

 

Les transfusés sanguins 
On sait aujourd’hui pallier à ce problème qui n’en était pas un. 

 

 

Le rôle des médias 

 

 

Psychoser la foule par les méthodes consacrées 
Contrôler douleur et détresse pour les exploiter vers l’objectif choisi : 

SIDA = VIRUS   ===»    VIRUS = ARGENT   ===»    Psychose = Asservissement  

 

Attention ! 
Une configuration médicale comme le « SIDA » autorise des accommodements qui aboutissent à faire supporter la désignation « SIDA » à des mortalités de toutes autres causes,  voir : 
– Des maladies réellement contagieuses ; 
– La situation sanitaire des pays africains ; 
Etc.

 

 

Le SIDA est un empoisonnement qui cible les victimes. 

 

 

AZT,  le SIDA sur ordonnance !  (1994) 
Alors que la médecine officielle n’a encore sauvé aucun malade du « virus imaginaire »,  la séropositivité se perd par l’adoption d’une hygiène de vie. 

Une personne déclarée séropositive doit en déterminer la cause,  cesser ses « conneries » et remplacer l’AZT par rien. 
Bernard Monnier  (1994)  

Fonds sociaux   » » »   Démographie des malades   »»»   Gros chiffre d’affaires 

 

 

 

 

 

SIDA, GARRETTA, VIRUS FANTOME, POLITIQUE et MANIPULATION

 

 

 

SIDA,  GARRETTA,  VIRUS FANTOME,  POLITIQUE, 

 

JUSTICE,  RECHERCHE,  ARGENT, 

 

et   MANIPULATION. 

 

 

SIDA = VIRUS 
Le virus est un malin qui sait se placer pour faire du fric : 
– L’explication officielle est truffée d’invraisemblances,  de contradictions,  d’impossibilités ; 
– La controverse des vrais chercheurs est étouffée. 

 

 

 

GARRETTA : 

L’indignation grâce à laquelle les médias ont généré la psychose.

 

 

GARRETTA :  Le scandale du sang frelaté. 
Eh oui !  Le sang était frelaté.  Non pas contaminé.  Ce qui n’est pas du tout pareil.  Même si le résultat semble le même. 

 

GARRETTA  face à la justice : 
– Il reste bien cadré dans le système ; 
– Il ne se défend pas.  Il étouffe les informations qu’il ne peut ignorer ; 
– Il fait exactement ce que l’on attend de lui.  Il reste dans le schéma de l’idée imposée du Sida égal Virus. 
– Il renvoie la responsabilité sur les hommes politiques ; 
– Il sera évidemment condamné à de la prison ferme. 

 

Il profite du délai de délibéré pour faire un voyage d’affaire aux USA. 
Alors qu’il peut très bien disparaître définitivement,  il revient néanmoins en France. 

Dans l’avion supposé le ramener à Paris,  devant les caméras,  GARRETTA  déclare :  « Je rentre en France parce que la France est un pays démocratique et que la justice va triompher ». ???  (On n’est pas obligé de comprendre du premier coup.) 

À Paris,  l’incontournable VERGES se plaint.  Les promesses, n’ont pas été tenues.  On ne lui a pas donné la possibilité de voir son client à l’aéroport. 

Par l’initiale « G » de son nom,  GARRETTA aurait du être conduit à la prison de Fresnes.  On annonce qu’il est amené à la prison de la Santé.  Finalement,  il n’arrivera ni à l’une ni à l’autre.  Personne ne s’en étonnera. 

En prison,  il réalise l’exploit de perdre 20 kg en quelques semaines.  Il persiste à ne pas se défendre et permet au phénomène « Sida » d’évoluer vers l’aboutissement choisi. 


Le Sida est un virus que nous avons isolé.  La mise au point d’un vaccin n’est plus qu’une question d’argent. 

 

 

QUESTIONS ?  « GARRETTA » : 
– Peut-on sérieusement mettre en prison une personne qui rend un pareil service ? 
– Lorsque GARRETTA affirme :  « Je rentre en France parce que la France est un pays démocratique et que la justice va triompher »,  est-il vraiment dans un avion qui le ramène à Paris ? 

REPONSE : 
Le capital de la Dette publique,  les politiques,  les journalistes,  les curés s’unissent pour vous dire « merci »,  Me-eu-sieur GARRETTA ! 

 

 

Documents rarissimes sur le Sida.  Le doute ! 

http://www.dailymotion.com/video/x8f7sg_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news 

http://www.dailymotion.com/video/x8f7tr_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news 

http://www.dailymotion.com/video/x8f7vb_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news 

 

 

 


Contrairement au discours des journalistes et,  à ce que racontent les crétins d’enseignants,  la France n’est pas une République laïque !  Quant à l’Europe ? 

 

 

 

23 octobre 2008

SIDA, le dossier

 .

Le dossier


Ce dossier, il n’est pas venu par hasard. Un hasard aussi tordu d’enchaînements invraisemblables n’est possible que dans les manuels des services. De quels services ?

Une alliance entre la religion et la médecine.


Rien que de le dire, ça fait froid dans le dos. Il y a de quoi trembler.

À l’origine, c’est une alliance contre nature.


Une amitié entre un médecin juif, Wolf Szmuness, et un prêtre catholique polonais. Tout deux vivent et se sont rencontré en Pologne. Leur amitié est soudée par la sainte haine des homosexuels.

Wolf Szmuness est un médecin épidémiologiste. Il est né en Pologne en 1919. Il a survécu à la dernière. Dans les années soixante, Szmuness a derrière lui un passé chargé et un lourd vécu. Un événement familial va inciter notre médecin épidémiologiste à se spécialiser. Il se lance dans la recherche sur l’hépatite.

Est-ce par nécessité ? Est-ce par homophobie ? Quoi qu’il en soit, Wolf Szmuness expérimente volontiers sur les homosexuels. Son ami, le prêtre polonais l’encourage. Il est là pour le protéger.

La recherche de Szmuness va déraper.


Ce n’est pas une vraie maladie. Elle n’est pas contagieuse. Elle n’est pas sexuellement transmissible. Mais, grâce à un artifice, elle peut s’attraper lors de certains actes sexuels.

L’artifice en question, un lubrifiant, transite dans le sang suivant le principe du suppositoire. À partir de cela, on peut tout envisager. Tout devient possible. Wolf Szmuness va nommer la « maladie » avec le nom qu’il a sous la main : « Une hépatite

 ».

Le nom d’hépatite, c’est idéal. L’hépatite n’est pas une maladie spécifique. Le nom d’hépatite peut recouvrir un nombre considérable de configurations médicales. Il suffit ensuite de prononcer le mot : « Virus » et le tour est joué. Bref, c’est une hépatite.

L’explication de la maladie doit être simple. Elle doit être accessible à tous. Dans l’instant où Monsieur Lambda basique a compris et qu’il explique aux autres, c’est gagné.

Il faut préciser qu’une configuration médicale n’est pas obligatoirement le reflet d’une maladie. Dans le cas présent, nous sommes confrontés à un empoisonnement.

Nous sommes en Pologne. Les structures sociales ne sont pas idéales. De plus, dans le bloc soviétique, on n’aime pas les docteurs Mabuse. Le nom d’un certain Lyssenko est gravé à jamais dans les mémoires. En matière de scientifique fou, les Soviets ont donné.

Wolf Szmuness va réussir le grand exploit.


Szmuness va passer à l’ouest avec toute sa famille. Le procédé qu’il va employer n’est pas très clair. Chacun y va de son explication. Ce qui est sûr, c’est que Wolf Szmuness va se retrouver à New York.

Il est totalement inconnu. Il n’a que quelques dollars en poche. Mais, un mystérieux coup de baguette magique le propulse à la tête d’un important centre de recherche New-Yorkais. Un centre de recherche qui lui offrira bientôt son propre service dans lequel on parle beaucoup : « hépatite ».

La réussite est ce que l’on l’imagine.
Naturellement, les expérimentations se font de préférence sur la communauté homosexuelle, mais aussi sur les drogués. On dit également que pour parfaire les rapports de recherche
(Ou pour faire diversion)

on s’est beaucoup intéressé à des populations africaines particulièrement défavorisées. Bref ! On est aux Etats Unis et, aux Etats Unis, on sait ce qui est important.

Entre temps, le prêtre Polonais ?


Eh bien, entre temps, le prêtre polonais va, lui aussi, faire son chemin. Il va accéder à la postérité et deviendra connu sous le nom de Jean-Paul II.

L’alliance a abouti.


On ne parle pas ici de complot. Un complot n’existe pas. D’ailleurs, il faudra envisager de supprimer ce nom imbécile qui encombre inutilement les dictionnaires.

Il reste à la médecine de faire ce qu’elle a toujours fait. À croire qu’elle ne sait faire que cela.
Donner un nom de maladie à une configuration médicale, de dire que c’est un virus, et l’affaire est dans le sac.

Pour le reste, les curés se chargeront d’enfoncer le clou. Raconter des histoires simplistes accessibles à la totalité du nombre (Surtout aux plus crétins)

c’est leur affaire.

Dans le monde des curés, on aime à raconter que le virus s’est propagé par la faute d’un halluciné sexuel qui aurait sodomisé un singe vert. Vert, il était le singe ! Il est déterminant que le singe soit vert ! Si non, l’histoire n’est pas possible.

Ce dossier, arrivé je ne sais pourquoi, était particulièrement intéressant. Il n’avait qu’un tout petit défaut. Il n’était pas complet. Il permettait de partir dans tous les sens, sauf dans le bon.

 

22 octobre 2008

DEPUIS 5 000 ANS ! QUOI DE NEUF ?

 

.  

Messieurs les bénéficiaires de la loi 1905, 

Cessez un peu de nous parler du régime Nazi et balayez devant votre porte ! 


Qu’elle soit cérébrale ou matérielle, 
la misère est le fondement de la société de l’argent ! 
(Le malade,  l’industrie première.) 

GENS QUI RIENT.  GENS QUI PLEURENT. 

 

 

 

 

 

DEPUIS 5 000 ANS !  QUOI DE NEUF ? 

 

 

 

La prétendue intelligence de l’homme n’a jamais rien fait d’autre que d’exacerber son comportement animal. 

Chose que le lapin et le ver de terre font très bien,  sans faire tant d’histoires. 

 

 

 

– Quand on voit tous ces cons, on se demande comment on est allé sur la lune ? 
Réponse : – Quand on voit tous ces cons (naïfs-prétentieux), il n’y avait rien de plus facile !  

 

 

SOCIÉTÉ, LA RÈGLE DE L’ILLUSION :
Il n’existe que deux catégories d’individus.

Ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’ont pas.
Ceux qui n’ont pas le pouvoir sont soumis à la règle de l’Illusion.

 

POUVOIR, LES MAÎTRES DE LA FINANCE :
Leurs Intérêts au détriment des serviles.

La matière première d’un pouvoir est : La misère, les maladies, l’ignorance. 
Un pouvoir se repaît de la misère et de l’insécurité (qu’il cultive).  Il use d’injustice,  de provocation, de répression,  de violence,  etc…

* Protocoles de Sion : * « Le secret consiste à exacerber les faiblesses humaines, toutes les mauvaises habitudes, les passions et les défauts jusqu’à ce que règne une totale incompréhension entre les hommes ». * « Nous serons pour le public l’ami de tous ».

 

INFORMATION,  Plus on est informé,  moins on accède à la connaissance.

L’important,  c’est de comprendre !  Non pas de savoir. 
Il ne reste plus qu’à installer dans les têtes des repères imaginaires et imbéciles et c’est parti !  Ça roule, les billes ! 

 

LES JOURNALISTES :
Exciter l’imaginaire de la foule pour animer les fantasmes collectifs.

Le rôle des journalistes n’est pas de transmettre l’information ! 
Il est d’enrober le crétinisme de la version publique des choses. 

La formule gagnante d’un(e) « journaliste » de télé est :
« Soit beau, … récite bien l’info, … et, tais-toi ! ».

* Protocoles de Sion : * « Ceux qui croiront que le texte d’un journal reflète leur propre opinion ne feront, en réalité, que répéter l’opinion que nous souhaitons voir exprimée ». 

 

MYTHES, PERSONNAGES :
Ulysse, Jeanne d’Arc, Bernard Tapie, l’Abbé Pierre, etc…
Les personnages mythiques sont des êtres imaginaires dont l’histoire racontée règle la méditation quotidienne de la foule.

Le principe absolu :
– « Plus un individu est éloigné des valeurs qu’il considère comme un idéal, … plus il se regarde dans cet idéal ».
– Est-il possible de ne pas croire en l’idéal dans lequel on se regarde ?

 

POLITIQUE, de DROITE comme de GAUCHE.
Toutes les misères du monde au service de la seule politique !

 

HOMMES POLITIQUES : Quelle que soit l’idéologie qu’ils incarnent, les hommes politiques sont des pantins animés par le Pouvoir financier.

* Protocoles de Sion : * « Les dettes de l’État rendront les hommes d’État corruptibles, ce qui les mettra encore plus à notre merci ».

 

HISTOIRE, ÉVÉNEMENT HISTORIQUE :
Un événement historique peut être : – soit … réel ; – soit … officieux ; – soit … officiel.
(Le terme « officiel » étant réservé à la foule !) 

 

COMMERCE, ARMES :
Le mot « PAIX » est le Maître argument des Marchands d’armes !

 

COMMERÇANT: La planète entière peut « crever », cela n’est jamais son problème.
Si ça peut faire du chiffre d’affaires !  C’est bon !
« La misère des plus pauvres est la mesure de sa fortune. »

 

ÉDUCATION, ENSEIGNEMENT :
Un rêve se nourrit d’ignorance.
Parce que tel est son intérêt, un pouvoir cultive l’ignorance.
Il en confie cette tâche aux médias et à l’enseignement. 

Au seul service du pouvoir, … le rôle de l’enseignement est de colporter l’ignorance,  le mensonge et … d’inculquer l’esprit de démission.
(L’ignorance, le mensonge et l’esprit de démission, …sont les grands moyens de l’asservissement de la foule).

 

FINANCE, – MARCHÉS FINANCIERS – ÉCONOMIE ACTIVE :

« Illusion collective » (1999)
Les Marchés financiers, 95 % de la masse des chiffres monétaires.
Issues de la seule excitation spéculative, les gigantesques fortunes sont fictives. (De l’encre sur du papier ordinaire).

« Réalité de la misère » (1999) 
L’Économie active, 5% de la masse monétaire pour 6,5 milliard d’individus.
Épuisement rapide des ressources naturelles.

 

SCIENCE, « PROGRÈS ET AVENIR » : Tricheries et aberrations !

Le mot « SCIENCE » : … Un mot « frelatable » au service des idéologies esclavagistes de remplacement. 

* Protocoles de Sion : * « La chose principale est de les avoir convaincus d’accepter les nécessités de la science ».

 

L’HOMME DANS L’ESPACE : « Images, manipulation, illusion collective ». 

Question : L’homme ne dispose que de deux moyens pour aller marcher sur la Lune. … Soit la connaissance, soit l’ignorance.
– De ces deux moyens, quel est celui qui assure la réussite absolue ?
Réponse :
– Dès l’instant où il suffit de lui montrer des images fabriquées sur terre … pour qu’un individu soit irrémédiablement convaincu que l’homme a marché sur la Lune …

* Protocoles de Sion : * « Nous comblerons les lacunes en introduisant une pensée matérialiste et des supputations mathématiques ».

 

MÉDECINE :  « Ne jamais aggraver la santé du Patient »
Les « virus » sont des malins qui savent se placer pour faire du « fric ».

« Illusion collective »
« SIDA » : Un montage meurtrier pour une psychose et un profit gigantesque.

La psychose du « virus du Sida » règle le comportement sexuel de la foule.  L’abandon de la contraception au profit du préservatif contribue à une surchauffe de la natalité … surchauffe de la natalité profitable au seul Pouvoir.

Une version officielle aberrante qui ne repose que sur l’excitation du délire collectif.
En trichant sur les mots et selon le type de mortalité, un discours (« sida » de la drogue, … d’un excès de transfusion sanguine, … de l’insuffisance sanitaire de certaines populations) ou une toxine médicamenteuse (« Sida » de l’homosexualité masculine), suffisent.

On ne le répètera jamais assez !  On prend un énorme risque à aller chez le médecin pour savoir si l’on est malade. 

* Protocoles de Sion : * « Envies, haines, disputes et guerres, privations, famines et propagation d’épidémies (ex. SIDA) doivent épuiser les peuples à un point tel que les hommes ne voient plus d’autre solution que de se soumettre ».

 

CHERCHEURS 
La recherche est ce qui rapporte le plus d’argent.  (À la condition de ne rien trouver.)  

 

ADMINISTRATION,  FONCTIONNAIRES : 
Par nature,  les fonctionnaires sont toujours à la recherche de quelque chose à voler. 

 

POLICE,  ARMÉE,  « LES FLICS »,  LES MILITAIRES : 
De discrets,  mais de dangereux privilégiés. 
– Ni Patrie,  ni Honneur !  Que l’argent, et le Pouvoir ! 

* Protocoles de Sion : * « Nous mettrons en rivalité toutes les forces pour amener ceux qui ont soif de pouvoir à abuser de leur pouvoir ». 

 

JUSTICE, LES MAGISTRATS : 
Dépendants des Idéologies imposées, choisis sur le vide de leur capacité critique, 
les magistrats sont promus pour l’incompétence qui les prostitue au Pouvoir financier. 

 

IDÉOLOGIES, POLITIQUES, RELIGIEUSES, « SCIENTIFIQUE » :
Pour chacun, une identité accessible !
Ils sont de droite ou de gauche, ils peuvent être catholiques, protestants, juifs ou islamiques et, voire même « scientifistes »  (Croire au dieu science). 

Merci, les idéologies : – Grâce aux idéologies, ils sont des esclaves ; 

– Sans les idéologies, ils ne seraient rien ! 

 

 

 

Moralistes par devant, sans scrupule par derrière,

 

 

 

 

 


Contrairement au discours des journalistes et,  à ce que racontent les crétins d’enseignants,  la France n’est pas une République laïque !  Quant à l’Europe ? 

 

 

 


Depuis longtemps,  les curés se sont donné les moyens. 


La loi 1905  (La loi des curés)  exonère fiscalement les immenses ressources des curés.  Pourquoi se priveraient-ils ?  Les curés ne s’imposent-ils pas comme les garants de la moralité ? 
Derrière cette image d’Épinal,  on découvre une toute autre réalité ! 

On peut en faire,  des choses !  Avec cette énorme masse monétaire qui résulte de la misère et des malades.  Cette énorme masse monétaire issue des caisses sociales et publiques qui,  après avoir transité par le nombre des malades,  les hôpitaux et l’industrie du médicament,  grâce à la douce loi 1905,  disparaît en grande partie sans laisser de traces dans les grandes poches loi 1905 des curés. 

Financer les Partis,  arroser les Hommes politiques,  contrôler les réseaux associatifs,  les syndicats,  imposer un discours aux médias,  faire pression sur les fonctionnaires,  imposer les lois,  acheter les juges,  couvrir les crimes.  Faire ici,  le profit des tortures que l’on pratique ailleurs,  etc.  C’est sans fin !  On ne dit pas tout ! 

Grâce à la loi 1905 qui défiscalise leur immense ressource,  les curés contrôlent le capital de la Dette publique.  (Pour la France,  le capital de la Dette publique,  c’est cinq fois le budget net de l’État.) 
La loi 1905 a donné aux curés un pouvoir absolu.  On peut préciser :  « Un pouvoir fascisant ».  (Un pouvoir qui se régale des misères qu’il produit,  qui impose des croyances dogmatiques et qui s’habille volontiers de toute étiquette politique de droite comme de gauche.) 

Les curés ont mainmise sur l’administration,  l’État,  la justice,  le Médical et, bien entendu,  les médias.  Les médias dont le premier travail est de se taire,  le deuxième est de mentir. 

 

 

Moralistes par devant,  sans scrupule par derrière, 
les curés vivent de la misère qu’ils produisent.
 

 

 

La laïcité positive 
Est-ce la personnalité du président de la République ? 
Les curés voient de la laïcité dans toutes leurs saloperies. 

 

 

 

 

La liste des textes

 

 

.

 

La MANIPULATION :

Avec l’imaginaire, on fait ce que l’on veut.

(À trop bien voir l’imaginaire, on ne distingue plus le palpable.)

CONQUISTADOR SPACE
Youri Gagarine (Le premier doute)
Commentaires sur Gagarine
Un Français dans l’espace
L’homme sur la Lune

 

LES MYTHES FONDATEURS DE LA CONNERIE HUMAINE
La connerie humaine est la seule approche que l’on peut avoir de l’infini.

Ulysse
Jeanne d’Arc
La légende « Bernard TAPIE »
L’Abbé Pierre (page 67)
Betancourt story par Raphaël Zacharie de Izarra

Les Mots mythiques
Le virus de la Grippe aviaire
Le virus machin (le virus du Sida)
La cuisine diabolique des croyances (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
Il faut des malades !

ÉCHO FRANCE
La lucidité est comme la lumière qui agresse les aveugles.

La dictature de l’image
Drogue, SILENCE !
Elle est belle ! L’EUROPE !

Rêve et réalité
L’hypocrisie religieuse
La secte

Le Grand Guignol politique
Le bourbier européen
Il fallait voter NON !
Parole de Fric

Un bon retraité du secteur privé est un retraité mort.

MONDE HYPOCRITE
Dès l’instant où l’on a compris, on n’a pas besoin de savoir.

Dans l’ombre, la main du Préfet

Les supermarchés de la bonne conscience
Un certain 11 septembre 2001 (Texte définitif)
L’arme du Banquier

La cuisine diabolique des croyances (Le complot des blouses blanches et des soutanes)
Le virus machin (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.)
Le grand business (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.)
Le remplissage des hôpitaux (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.)

Depuis 5 000 ans ! Quoi de neuf ?
Les associations
Une situation à l’avenir assuré
Pour lutter contre la faim dans le monde

ÉCHO-EUROPE (L’EURO-INJUSTICE)
Anéantir toute forme de responsabilité que le pouvoir ne peut contrôler.

L’injustice est un métier.
Un éclairage sur la réalité

Une solution simple n’est pas obligatoirement mauvaise.
Des juges irresponsables et incompétents
La démocratie ratatouille

La niche à chien fait de la résistance. (La misère artificielle)
Argote et Millour (L’arnaque aux tours de passe-passe)

La Cour européenne de justice
L’euro « justice »
Les bonnes vieilles habitudes restent.

N’AYEZ PAS PEUR !
On n’est pas de la police.
On assure la surveillance.
Croyez en dieu ! On s’occupe du reste.

ANCIENS TEXTES
HYPOCRISIE du SYSTÈME, L’emploi, et le chômage face à la productivité.
Vallée d’ASPE, SOMPORT
L’IMPOSTURE DU SIDA

echofrance@hotmail.fr

 

06 15 58 74 15

.

 

 

Propulsé par WordPress.com.